Programmes français

Au niveau national, outre les projets soutenus par l’ANR et l’ANSES, des programmes français de recherche ont été élaborés :

  • COMOBIO de 1999 à 2002, avec des études centrées sur le système nerveux. La partie dosimétrique était réalisée en grande partie par des industriels.

  • Le projet Adonis était soutenu par le Réseau National des Recherche en Télécommunications de 2003 à 2006, placé dans la continuité de Comobio, il avait pour objectif de valider des méthodes de vérification de la conformité des systèmes de téléphonie mobile. Il regroupait France Telecom R&D, ENST Paris, Alcatel, l’INERIS, l’ENST Bretagne, l’Ecole Supérieure d’Electricité, Antennessa, Bouygues Telecom, SFR et l’IMS laboratoire des interactions ondes-matières de Bordeaux (ex-PIOM).

  • Une Action Concertée Incitative (ACI) a financé en 2003 des recherches sur les effets biologiques et sanitaires de la téléphonie mobile. 7 projets ont été retenus étudiant les mécanismes d’action des champs électromagnétiques sur le système nerveux.

  • Les projets financés par la Fondation Santé et Radio fréquences. Elle a été créée en 2005 à l’initiative de l’Etat français et des industriels qui en partagent le financement. Son rôle est de financer des projets de recherche en tenant compte des recommandations des programmes de coordinations que sont l’EMF project de l’OMS, L’EMF-net de l’Union Européenne. Elle a également un rôle d’information du public et des professionnels. Elle finance actuellement des projets de recherche relatifs à la dosimétrie, à l’épidémiologie, aux études in vitro et in vivo, et aux sciences humaines et sociales. Les missions de cette Fondation ont été reprises en 2011 par l'ANSES.

COMOBIO

8 projets de recherche ont été financés dans le cadre du programme Comobio

  • Les méthodes de certification des téléphones mobiles (étude des méthodes de mesure du DAS par les industriels) par
    C. Grangeat à Alcatel.

  • La dosimétrie et les systèmes d’exposition par J. Wiart à France Télecom R&D.

  • Les Potentiels Evoqués Auditifs (PEA) (étude des répercussions des radiofréquences sur le système auditif et sur la région temporale cérébrale chez l’humain) par G. Faucon et J.L. Coatrieux, Laboratoire du traitement du signal et de l’image, Université de Rennes 1.

  • Le métabolisme et le comportement chez le rat (identification des régions cérébrales les plus sensibles aux champs électromagnétiques et d’éventuelles modifications comportementales) par B. Bontempi, Laboratoire de neurosciences cognitives, unité CNRS / Université de Bordeaux 1.

  • lLa mémoire et l’apprentissage chez le rongeur (Les ondes émises par le téléphone mobile affectent-elles la mémoire et l’apprentissage du rongeur ?) par J.M. Edeline et T. Jay, laboratoire CNRS de neurobiologie de l’Apprentissage, de la Mémoire et de la Communication, Université Paris sud 11.

  • La barrière hémato-encéphalique et la migraine chez le rat par P. Aubineau, CNRS / Université Bordeaux 2.

  • Le système auditif du cobaye (étude des effets sur le système auditif du cobaye avec exposition chronique aux ondes GSM) par J.M. Aran pour l’unité INSERM de génétique des déficits sensoriels de l’université Bordeaux 2.

  • Les neurotransmetteurs (étude des effets des radiofréquences sur le système nerveux central, et comment elles peuvent agir sur les neurotransmetteurs) par R. de Seze à l’INERIS.

ADONIS

Les études financées dans le cadre du projet Adonis avaient pour thème la dosimétrie et faisaient intervenir 11 partenaires :

  • L’analyse dosimétrique de l’absorption par la tête des enfants des rayonnements émis par les mobiles et la vérification de l’applicabilité pour les enfants des méthodes d’analyse de la conformité des mobiles aux restrictions de base. 

  • La mesure du DAS sur les mobiles de troisième génération.

  • Et la dosimétrie des antennes-relais des systèmes de troisième génération.

ACI – Effets biologiques et sanitaires des radiocommunications mobiles

7 Etudes ont été sélectionnées dans le cadre de L’ACI :

  • Une étude sur les effets des champs radiofréquences sur les neurotransmetteurs du système nerveux central chez le rat par R. de Seze à l’INERIS

  • Une étude sur les effets potentiels des effets potentiels des signaux GSM et UMTS sur le tissu cérébral par T. Jay pour le laboratoire CNRS de neurobiologie de l’Apprentissage, de la Mémoire et de la Communication, Université Paris sud 11.

  • Une étude des effets de signaux de la téléphonie mobile sur le système nerveux central par I. Lagroye à l’IMS de bordeaux.

  • Une étude sur les effets des rayonnements électromagnétiques haute fréquence sur les organismes vivants par G. Ledoigt à l’ERTAC, université Blaise Pascal d’Aubière.

  • Une étude cellulaire sur l’analyse des modifications de l’endocytose suite à une exposition à des champs magnétiques pulsés par L. Mir, unité de Vectorisation physique et chimique des médicaments et d’acides nucléiques, Institut Gustave Roussy, Villejuif.

  • Une étude du déclenchement de l’auto-organisation des microtubules par des champs électromagnétiques de faible intensité à 180 GHz par J. Tabony au CEA, Grenoble.

  • Une étude sur la membrane cellulaire après exposition aux champs électromagnétiques de type téléphonie mobile par J. Teissie à l’IPBS, Toulouse.

D’autres programmes nationaux existent en Angleterre (MTHR), en Allemagne, Italie (ELETTRA2000), Finlande, Suisse…